Viens chez moi, j'habite dans un garage

de | 19 avril 2018

L’obsolescence programmée des garages parisiens – 60% de taux de vacance – n’est que programmatique : leurs caractéristiques constructives en font des «squelettes capables» d’accueillir de nouveaux usages pour continuer à construire la ville par la transformation de ce qui est déjà là. C’est ce …

Source: Viens chez moi, j’habite dans un garage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.